Quand on est en chambre stérile la notion de temps disparaît complètement, tout est au ralenti, même vos émotions, vos sentiments, tout se met en suspens au-dessus de vous en attente de la sentence, vous ne pouvez plus faire de projets, vous vous posez mille questions, vous refaite votre vie, vous avez un tas de regrets, des remords, vous vous en voulez de ne pas avoir dit  » je t’aime  » suffisamment, vous pensez aux gens qui ont eu mal par votre faute et à ceux qui vous ont fait mal aussi, le silence vous accompagne dans vos pensées, le silence profond celui sans aucun bruit de fond .

Quand mes proches entraient dans ma chambre je pouvais voir sur leurs visages pâles qu’ils n’avaient pas dormi, leurs yeux étaient rouges et gonflés, ils ont bien sûr séché leurs larmes avant de franchir la porte, l’eye liner de ma mère qui coulait sur sa joue en témoignait .J’avais une douleur physique qui était plus ou moins canalisée par les médicaments qui au départ font plus de mal que de bien, ma famille quant à elle a eu une souffrance mentale immense .

Quand je savais qu’ils venaient je me maquillais, ça faisait rire les aides soignants mais ils comprenaient tellement ma position, je ne voulais pas qu’on me voie dans cet état, le maquillage n’a jamais aussi bien porté son nom, je maquillais mon visage comme je maquillais ma souffrance auprès de ceux que j’aimais .

On m’a annoncé que je devais faire une biopsie, me prélever un bout de poumon pour analyse, des poumons déjà endommagés, tout ça sous anesthésie générale, et si je ne me réveillais pas . Mon médecin m’a pris la main  » vous avez vu quoi hier a la télé ?  » j’ai ri nerveusement :  » Docteur House  » et je suis partie dans un sommeil profond, je me suis réveillée et ma poitrine me brulait .

Quelques jours après le médecin sont arrivés avec un sourire crispé :  » ma fille j’ai les résultats de la biopsie, j’ai des bonnes nouvelles et des moins bonnes  » .

Dans ma vie  » normale  » j’aurai choisi les mauvaises d’abord, j’avais trop besoin d’entendre les bonnes d’abord cette fois …

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici