» Ma fille … » au-delà du médical certains m’ont apporté une affection, une protection .

 » La bonne nouvelle c’est que le traitement fonctionne sur vous et vous avez repris assez de forces pour sortir dans quelques jours mais il y a des lésions irréversibles qui resteront à vie sur vos poumons, vous aurez du mal à respirer, ce qui peut sembler simple pour tout le monde comme monter des escaliers ou porter un pack d’eau vous semblera difficile. Le traitement va durer 9 mois, vous aurez des malaises, reprendre le travail ne va pas être évident, il y a autre chose de plus délicat, je suis père et c’est dur pour moi de vous annoncer que ça va être compliqué pour vous d’avoir des enfants, si vous prenez le risque d’une grossesse vous prenez le risque de complications respiratoires, vous êtes une miraculée, la tuberculose ne disparaît pas, vous pouvez à un moment dans votre vie rechuter. « 

C’était impossible pour moi à entendre, j’ai fermé les yeux pour me tempérer et ne pas laisser exploser ma peine, je n’avais pas le droit je devais m’estimer chanceuse d’être en vie .

Quand il est sorti de ma chambre j’ai eu envie de crier, fort très fort, c’était trop injuste de me prendre mes rêves, j’en ai voulu au monde entier à ce moment-là mais on ne peut pas crier dans un hôpital …

J’ai juste appuyé sur ma sonnette comme un appel au secours , mon coeur était en mille morceaux .

Mes aides soignants sont arrivés et m’ont serré dans leurs bras, j’étais assise par terre en larmes, elles se sont assises avec moi, elles n’ont pas tenté de me relever, à ce moment-là un tel poids s’abattait sur moi qu’il devait même être physique.

Je deviendrais Maman, j’allais me battre pour ça. Le jour de sortie est arrivé, j’ai décidé de jeter tous mes vêtements à la poubelle, qu’ils restent là avec mes souffrances, j’ai donné mon parfum à l’une de mes aides soignante et mon collier à l’autre. Elles ont enlevé leurs masques, l’une d’entre elles a retiré le mien et j’ai découvert leurs visages entièrement, ils étaient comme je les avais imaginés plein de douceur .

Elles m’ont demandé si je voulais être accompagnée, j’ai décliné, je voulais vivre ce moment seul avec moi-même ;

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici